« Ma priorité, c’est la paix au Mali et non la quête du pouvoir » dixit IBK

Partagez sur :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

A la faveur d’une visite de courtoisie aux notabilités et religieux de Banamba, Touba et Koulikoro, le Candidat de la coalition ‘’Ensemble pour le Mali ‘’, Ibrahim Boubacar Keïta, a accordé une entrevue à la correspondante de la chaîne ARTE, télévision franco-allemande de service public.

Ibrahim Boubacar Keïta, candidat de la coalition des partis politiques et associations ‘’Ensemble pour le Mali’’(EPM) s’est rendu le mercredi 11 juillet 2018, à Banamba, Touba et Koulikoro pour solliciter les prières et bénédictions des chefs coutumiers et leaders religieux en vue d’une élection apaisée au Mali.

A l’issu de cette visite, IBK a répondu aux questions de la correspondante de la chaîne ARTE.

 

« J’ai simplement le droit et la légitimité, si les maliens le veulent, de faire un second mandat qui, va permettre de poursuivre ce que nous avons commencé. Le plus important pour moi, c’est l’accord pour la paix et la réconciliation nationale et sa mise en œuvre. J’ai été surpris ce matin par la route que nous venons de construire par 4/4 voies, c’est cela le développement et c’est cela que je voudrais partout au Mali.

Ce n’est pas le pouvoir qui m’intéresse au Mali. J’ai été ambassadeur, ministre des affaires étrangères, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale et Chef de l’Etat… je ne cours pas après le pouvoir. Mais après l’ambition posée…c’est tout », a-t-il déclaré pour ainsi répondre à ceux qui lui traitent d’assoiffé de pouvoir.

S’agissant de   la situation actuelle du pays, Ibrahim Boubacar Keïta a laissé  entendre que ceux qui décrient la situation  sécuritaire du pays qu’ils se souviennent comment était le Mali quand son régime venait aux affaires.

« Ce pays était par terre quand je venais au pouvoir… il n’y avait pas d’Etat. Maintenant, il y a un Etat et le Mali est respecté.  Ce pays fait parti de 3 pays de la croissance économique de l’Uemoa et 6ème dans l’espace Cédeao. L’armée nationale est présente à Kidal coude-à-coude avec  les groupes armés. Actuellement, il n’y pas de belligérance au Mali. C’est un progrès !

S’il y a un Chef d’Etat qui n’a pas à raser les murs, qui n’a pas à avoir honte, c’est le Président Ibrahim Boubacar Keïta. Et mon peuple le sait et le reconnait, c’est l’essentiel pour moi », a –t-il lancé à notre consœur de ARTE.

Moussa Mallé SISSOKO

(Visited 13 times, 1 visits today)

About The Author

Sur le même sujet :

LEAVE YOUR COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook